Le Soleil, notre étoile, est source de toute vie sur la Terre, notre planète. Il n'est pourtant qu'une petite étoile parmi des milliards d'autres, bref une étoile banale.

Le Soleil est une étoile de classe G2, de taille moyenne, dotée en surface d'une température moyenne de 6000°C. Il a donc les mêmes caractéristiques que les autres 200 milliards d'étoiles peuplant la Voie Lactée, notre galaxie. Pourtant, sans lui, la vie n'aurait aucun moyen de se développer sur Terre, puisqu'il apporte à ses satellites l'énergie nécessaire et l'émission d'un flux de particules accélérées indispensables à la photosynthèse. __ En savoir plus__

Le Soleil est né de la nébuleuse originelle qui compose aujourd'hui tous les astres de notre système solaire. Un jour, elle mourra également comme toutes les étoiles des générations précédentes. Notre système solaire est, comme la moitié des systèmes stellaires, composée d'une seule et unique étoile qui règne en maître au centre. Notre étoile, évidemment, c'est le Soleil. Nous nous trouvons en périphérie de la Voie Lactée, à 30 000 années lumière de son centre. __ Une étoile non éternelle__

Comme mentionné plus haut, le Soleil n'est pas pour autant éternel. Il est actuellement à la moitié de sa vie, comme toutes les autres planètes du système solaire. Dans 5 milliards d'années, il aura consommé tout son carburant d'hydrogène et changera irrémédiablement de structure. Il englobera en premier Mercure, ensuite Vénus, puis la Terre et ainsi de suite. Tout le système solaire disparaitra ainsi avec lui.

Comme nous l’avons mentionné au chapitre précédent, notre Soleil n’est pas éternel. Il est actuellement à la moitié de sa vie, comme toutes les planètes, puisqu’elles sont tributaires de leur étoile. Dans 5 milliards d’années, il aura consommé tout son carburant d’hydrogène, et sa structure changera irrémédiablement. Il sera alors obligé de se rabattre sur l’hélium qui le constituera essentiellement et son diamètre sera littéralement démultiplié, englobant les premières planète comme Mercure, Vénus et probablement la Terre, qui seront ni plus ni moins vaporisées. Seul Mars aura un sursis, mais il y règnera un véritable enfer, puisque sa matière sera réduite à de la roche en fusion, comme lors de sa création. Le Soleil sera alors une géante rouge pendant ½ milliard d’années, plus froide mais plus brillante que jamais étant donné sa taille gigantesque. Sa masse n’étant pas suffisante, il n’y aura pas d’explosion thermonucléaire, donc pas de supernova. Lorsqu’il aura brûlé tout son stock d’hélium, sa matière sera alors expulsée dans l’espace, et son noyau s’effondrera sur lui-même, formant une naine blanche de la taille d’une planète tellurique qui se refroidira continuellement pendant plusieurs milliards d’années. Le Soleil sera mort. Que restera-t-il alors ? Réponse :une nébuleuse planétaire … comme celle qui nous a fait naître.